Terug

Notre personnel


Entretien avec Marleen Hoeks

Être un bon employeur est une priorité de Van Geloven. "Nous trouvons important que les gens se sentent chez eux, bien dans leur peau, motivés et en bonne santé, quand ils travaillent pour nous.Tout le monde est gagnant avec l'employabilité durable. Pour nous, en tant qu'employeur, mais aussi pour le travailleur, il est évidemment très important d'avoir du plaisir à travailler, tout en ayant une vie privée agréable et saine", explique Marleen Hoeks, responsable des RH.

Près de 800 personnes travaillent chez Van Geloven : 318 femmes et 476 hommes. La majorité des travailleurs disposent d'un contrat à durée indéterminée. Seuls quelques-uns travaillent sur une base temporaire. Il est frappant de constater que, une fois que le déclic s'est produit, les travailleurs restent longtemps au service de la société. Pour une employabilité durable, Van Geloven cherche constamment des manières de contribuer positivement à cette situation.Étant donné l'importance du travail physique (de production) dans l'entreprise, l'accent est surtout mis sur la sécurité et la santé. Il est ainsi essentiel de veiller à ce que le travail sur les lignes de production se fasse de manière ergonomique, et de faire très attention au comportement et à la posture. "La santé est certes d'abord de la responsabilité des travailleurs ; ceux-ci doivent par exemple veiller à bien s'alimenter et à pratiquer une activité physique suffisante. Sur le lieu de travail, par contre, c'est à nous de faire le nécessaire. L'utilisation d'outils ergonomiques, des formations au levage, le recours aux services d'un physiothérapeute et une politique active de santé et de sécurité devraient permettre d'éviter la grande majorité des problèmes. Le médecin d'entreprise et un physiothérapeute interviennent à titre préventif, ou sont disponibles lorsque des problèmes de santé surviennent malgré tout. Si les symptômes se produisent de manière précoce, nous anticipons aussi les possibilités de travail dans l'avenir", explique Marleen.



Politique d'encadrement de l'absentéisme
Dans le contexte de l'employabilité durable, nous accordons bien sûr de l'attention à l'encadrement de l'absentéisme.L'absentéisme chez Van Geloven est relativement élevé, puisqu'il est de 5,4 %. Cela résulte de plusieurs facteurs, notamment une moyenne d'âge élevée, la fidélité des travailleurs à l'entreprise et le caractère physique du travail. Mais l'absentéisme a diminué de 0,5 % depuis 2011. "Cela résulte du fait que nous avons introduit une nouvelle politique d'encadrement de l'absentéisme sur trois de nos quatre sites. L'élément central de cette politique est le contact entre l'employé et son superviseur, même en cas de maladie à long terme. Nous nous efforçons aussi de préserver une bonne relation entre les travailleurs et leurs superviseurs en organisant régulièrement des discussions de (développement personnel). Pour aider nos travailleurs à rester en forme, ils ont la possibilité de devenir membres de diverses salles de fitness, à moindre coût", explique Marleen. La sécurité est naturellement aussi primordiale dans le cadre de la politique d'encadrement de l'absentéisme. Toute situation dangereuse doit être signalée au moyen d'un formulaire-SOS. Des inspections sont aussi très régulièrement organisées, au cours desquelles le comportement et les situations sont observées sous l'angle de la sécurité.



Fierté
Van Geloven travaille aussi avec les travailleurs à l'amélioration des conditions de travail.De bons résultats ont déjà été obtenus sur les lignes, dans le cadre du projet 4WIN. "Nous avons mis au point ce qu'on appelle des formations Yellow Belt pour nos travailleurs.Il s'agit de petits groupes qui réfléchissent à la façon d'introduire des améliorations dans tous les domaines. En outre, des projets sont en cours dans diverses sociétés, auxquels nous tentons de faire collaborer des personnes de différents sites. Ce n'est pas toujours facile, parce que les quatre sites de production ont leur propre culture et veulent préserver leur individualité. Mais en allant prendre de temps en temps un café ensemble, nous parvenons toujours mieux à briser la glace. Le dénominateur commun est, en tout cas, que tous les gens sont très fiers des produits qu'ils fabriquent et de leur entreprise. Ça fait plaisir à voir", explique la directrice des ressources humaines avec enthousiasme.



L'employabilité durable en pratique
Pour que le personnel ne soit pas seulement en bonne santé, mais aussi enthousiaste, Van Geloven accorde une grande attention aux avantages sociaux 'secondaires', comme la formation et la pension complémentaire. Un entretien de développement personnel (le POP) a régulièrement lieu. Dans ce cadre, le superviseur discute avec le travailleur de son évolution actuelle et future. S'il souhaite suivre une formation, on détermine dans quelle mesure la société peut jouer à cet égard un rôle de facilitateur. "Nous apprécions beaucoup que les gens veuillent continuer à apprendre, et nous sommes contents de leur offrir, si possible, la possibilité d'évoluer. Nous trouvons aussi très important que les travailleurs puissent continuer à travailler d'une manière saine et bonne jusqu'à leur retraite, et qu'ils puissent ensuite profiter de leurs prestations de retraite", explique Marleen. Chez Van Geloven, la gestion du fonds de pension a été transférée à la fondation VLEP (Bedrijfstakpensioenfonds voor Vlees, Vleeswaren, Gemaksvoeding en Pluimveevlees), en charge des fonds de pension du secteur de l'alimentation. Le fonds de pension a été mis en place par les organisations représentatives des employeurs et des travailleurs et est obligatoire pour l'ensemble du secteur.

Enfin, la coopération avec les syndicats et les conseils d'entreprise locaux joue également un rôle important dans le domaine des RH. Dans une atmosphère ouverte et transparente, avec une communication claire, nous essayons d'obtenir ensemble les meilleurs résultats pour notre personnel et notre entreprise.